L'entretien éco-responsable des jardins

Depuis près de 10 ans, la Villa Ephrussi de Rothschild s’est engagée dans le traitement écoresponsable des jardins avec une culture biologique. André Castellan, le chef jardinier, nous raconte :

« L’entretien des neuf jardins à thème par une équipe de 8 jardiniers demande une organisation efficace à l’année. Nous répartissons le travail par des priorités et au rythme des saisons.

Le jardin se prépare dès le début de l’année. La taille des rosiers dès le mois de janvier garantit une floraison des roses jusqu’à Noël. Puis le traitement d’hiver avec des huiles de colza et de cuivre est appliqué pour désinfecter les plantes. Par la suite, ce sont les oliviers du jardin qui sont taillés pour redonner de la lumière aux rosiers.

Les déchets obtenus de taille sont broyés pour obtenir le Bois Raméal Fragmenté (appelé BRF). Cette matière organique végétale restructure le sol et favorise la prolifération des micro-organismes ainsi qu’une meilleure assimilation des éléments nutritifs permettant par conséquent la propagation de la vie microbienne. Par ailleurs, le BRF ralentit la croissance des plantes adventices appelées également "mauvaise herbe".

Dès le mois de mars, nous appliquons aux rosiers des traitements biologiques à base d’huiles essentielles d’orange pour protéger les feuilles des maladies cryptogamiques. Cette année encore, nous avons testé un nouveau produit à base de carapace de crabe ce qui doit épaissir la cuticule de la feuille.

Parallèlement aux soins apportés aux roses, nous n’oublions pas le reste des jardins. Différents purins sont pulvérisés sur les plantes en fonction des besoins : des bio-stimulants racinaires pour une gestion des ressources hydriques et minérales, des mycorhizes en fongicide biologique pour revitaliser le sol.

Pour protéger nos palmiers des charançons rouges, nous faisons appel à VEGETECH, société spécialisée dans le bio-contrôle des palmiers. De mars à juin un traitement biologique de nématode (petits verres) est appliqué, alors qu’en période plus chaude – en juillet et août – nous utilisons le beauveria.

Ce champignon est déposé dans le coeur du palmier pour étouffer la larve du charançon rouge qui peut parfois être gros comme un pousse. Pour que le traitement soit plus efficace, nous taillons les palmiers en forme d’ananas au mois de septembre.

Des pièges à phéromones sont placés dans les buis pour limiter les populations de pyrale du buis.

Arrivée en Europe de l’Asie via l’Allemagne, la pyrale du buis est une chenille qui dévore les feuilles des buis. Le but des pièges est d’attirer les papillons pour limiter les chenilles. Les vols de ces jolis papillons bleus sont contrôlés et diffusés pour des bulletins de la FREDON, organisme de protection des végétaux. En cas d’attaque, des traitements sont effectués à base de bacillus thuringiensis, bacille détruisant les chenilles. En effet, il est très important de contrôler les nouveaux ravageurs.

Il en est de même pour le traitement des pelouses. L’application de lithothamne sur les pelouses améliore la qualité physique, chimique et biologique du sol et favorise la vie microbienne.

Nous sommes heureux de constater que notre engagement pour un traitement écoresponsable de la terre porte ses fruits, et la nature nous rend le résultat. Depuis 9 ans de culture biologique, sans produits chimiques, la biodiversité est revenue dans les jardins de la Villa Ephrussi. Ainsi, tôt le matin, avant même l’ouverture au public, il nous arrive de croiser de petits hérissons, des fouines, des canards colvert, des hérons, des grenouilles, le sol regorge de verres de terre ; nos visiteurs peuvent parfois apercevoir de jolis oiseaux comme bergeronnettes, mésanges, rouge gorges, merles, cacatoès qui se cachent dans les cimes de nos arbres. »